L’âge de l’amour.

 

Tantôt, je pensais à toi.

Je le sais, ça fait des lustres, ça fait des mois.

Souvent, on dit que l’amour n’a pas d’âge. Ça veut dire quoi ça?

Moi, ça m’agace un peu. Même que ça me met en tabarnack.

Quand tu as quelques soupirs, l’amour c’est dans les mains de ton père, dans la voix de ta mère. C’est un sentiment que tu ne comprends pas, mais que tu vis intégralement. C’est explosif. C’est intrusif.

*

Quand tu as quatre ou cinq pommes, c’est dans le regard de ta mère encore pis dans les niaiseries de ton père, j’espère. Les feuilles l’automne. Le soleil sur tes joues.

Mais c’est différent. Il y a le soccer maintenant, la piste de course, les blocs légos pis aller jouer dehors. Tout le temps.

*

À huit bougies, tu es tanné de jouer à l’enfant mais t’en es un. L’amour, c’est les petites filles qui t’éblouissent fort, sans lunettes fumées.

C’est souvent des princesses, pis tu es pas assez le prince, plus le fidèle écuyer.

*

À douze pétards à mèches, tu commences à réaliser que ce que le monde a de plus joli à offrir, c’est pas les jouets ou les bonbons : c’est les filles. Ben oui, les filles! Beurk, embrasser une fille sur la bouche, disais-tu, jadis, il y a moins de 1255 jours.

*

À quinze ans, la vie vient de te dévierger le cœur sans lubrifiant pis caresses. Pis criss que ça fais mal.
L’organe qui pompe le sang est encore robuste mais tôt ou tard, que tu le veuilles ou non, il aura ses défaillances, il succombera de ses blessures. On gage combien?

*

À 18 ans, tu te penses mature parce que tu peux acheter des cigarettes, pis de l’alcool, ce que tu faisais déjà les deux dernières années.

Tu la fiances. Vous trouvez des noms pour les enfants. Tu t’imagines père, pis ça te fait pas peur.
Détrompe-toi. Dans cinq ans tu seras pas prêt, pis dans dix ans non plus.

*

La vingtaine arrive, comme un cheveux sur la soupe, comme un all you can eat durant ton cégep, pis parfois ton université. Tu te casses la gueule sur la beauté.

Dans le cimetière des peines d’amour, les tombes de tes amours vraies ont des sépultures grandioses, opulentes. Elles occupent tout l’espace, comme des parasites.

L’alcool a coulé sous les ponts. Tu t’effondres parmi les drogues. Tu prends un numéro, tu sais jamais vraiment quand tu vas y passer. T’as un goût de misère dans la bouche. Tu prends une première bouchée de vie adulte.

L’amour est inconséquent.

Tu apprends de tes erreurs. Mais les erreurs restent.

*

Puis, tu te réveilles un beau matin après la tempête. Le calme plat dans la poitrine. Le ventre silencieux. L’âme suspicieuse.

Tu as accroché un diplôme à ton mur, mais les pièces sont vides. Tu te demandes où et quand tu rencontreras la femme de ta vie. Ce ne sera pas dans l’asso de ton bac, ni au PEPS entre deux séries d’abdos. (Comme les tableaux dans Angry Birds, les auras-tu un jour?)

 

 

Tu sors dans les bars, mais tu sais pertinemment que c’est peuplé d’impies. T’as pas envie d’offrir une tournée de shooter pis de dire à ton fils que Maman avait embrassé un autre gars au Turf ce soir-là.
Que tu reluquais son amie pis que c’est elle que le pichet à 10 $ a mis sur ta route. So romantique.

 

 

Tu te dis qu’il faudrait te lancer en affaires. Un bar pour célibataire au cœur pur. Un palais pour la princesse que tu espérais. Tu es maintenant à cheval. Tu sais manier l’épée.

 

 

L’amour ça a tellement un âge, pis c’est clairement pas passé trente ans que la probabilité de trouver ton partner de vie augmente. C’est même crissement effrayant.

 

L’amour c’est comme un dragon, sauras-tu le vaincre sans trop te brûler?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s